Shopper, la plateforme Marketplace locale

30
avr.

Avec la start-up Blue Bacon installé à CréACannes, son concepteur Gregory Biondo, lance le site Shoppeer qui aide le commerce local à poursuivre ses activités, en attendant l’application mobile en juin.

Cannes se vantait déjà d’être une grande galerie commerciale azuréenne à ciel ouvert, à l’ère du pré-Coronavirus. Voilà l’agglomération des Pays de Lérins qui ouvre désormais sa Marketplace numérique pour soutenir tous les commerces locaux du bassin cannois.

Développé par la start-up cannoise Blue Bacon installée à la pépinière d’entreprises de CréACannes, le site shopper se propose de faciliter les transactions entre vendeurs et clients via un recensement ordonné des commerces par localité et spécialité, ainsi que leurs offres du moment.
Son lancement cette semaine, présenté officiellement par visioconférence, a été anticipé pour lutter contre les effets néfastes du coronavirus sur l’activité économique locale.

DÉJÀ 350 RÉFÉRENCES : "Cet outil nous a paru pertinent en cette période de confinement. C’est un catalogue des commerçants et artisans locaux que l’on défend, car on se bat pour que la vie demeure dans la cité, souligne David Lisnard, président de l’agglo. Pour faire face à la concurrence déloyale des grandes surfaces périurbaines et des plateformes mondiales de ventes en ligne, nos petits commerces doivent être dotés d’outils performants".
"Apporter une solution numérique au petit commerce et se regrouper à l’échelle de l’agglomération, ça a du sens, ce n’est pas un gadget bizarre", abonde Sébastien Leroy, maire de Mandelieu.

L’utilisation du site Shopper est simple comme un clic en ligne. Sur la page d’accueil, des icônes symbolisant le type de commerces souhaités (restaurants, sports, alimentations et boissons, culture, mode...).
"Une quinzaine est mise en avant, mais il existe plus de 160 catégories", souligne Gregory Biondo, concepteur à Blue Bacon.
Le rayonnage des commerces se fait par villes.
Et un onglet "toutes les offres" contient déjà 350 références."
On leur conseille de faire plutôt des promos sur un mois, mais ça peut être aussi une ouverture exceptionnelle, une nouvelle collection…
"On peut donc filtrer sa recherche par ville, catégorie et mot-clé (chocolat, muguet, italien…).
Pour chaque établissement référencé, un visuel, ses coordonnées et son site internet, avec possibilité de partage sur les réseaux sociaux. "Le client devient ainsi l’ambassadeur du commerce qu’il préfère".

LOCALISATION UTILE : Pas envie de se déplacer loin pour prendre sa livraison? L’activation de la localisation permet de découvrir les offres à proximité.
D’ici une dizaine de jour, on pourra aussi acheter des bons d’achat directement sur la Marketplace, afin de préparer ses achats post-confinement.
"L’idée est aussi d’inciter les gens à se rendre physiquement dans les commerces locaux".
Au mois de juin, cette volonté sera encore accentuée avec la création d’une application mobile pour smartphones. Grâce à des balises bluetooth installées chez les commerçants, elle permettra notamment de recevoir les offres à la ronde sous forme de push, lors d’une balade en ville.

Bref acheter local ne sera vraiment plus un hasard…