Acheter maintenant

19
mai

Ce qu’il faut savoir pour acheter pendant le déconfinement

L’heure est à la prudence et à la patience sur le marché immobilier.
Tant pour les visites que pour fixer les prix…
Pour visiter un bien, il est recommandé d’être le moins nombreux possible dans une pièce et de porter un masque.

Le marché immobilier redémarre en cette semaine de déconfinement.
La Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim), estime que la plupart des personnes ayant un projet immobilier l’ont simplement reporté et reprennent aujourd’hui leurs démarches.

Pour autant, qu’on soit acheteur ou vendeur, cette période particulière nécessite de prendre des précautions. A commencer par le respect des gestes barrières lors des visites. « Il est désormais déconseillé de réaliser des visites avec toute la famille le samedi après-midi ».
Les professionnels de l’immobilier incitent fortement les acheteurs à effectuer une première sélection grâce aux photos et aux visites virtuelles. « Si se rendre dans le logement à vendre reste indispensable, passer plus de temps en amont à regarder les photos ou à utiliser la visite virtuelle proposée permet de commencer à faire son choix ».
Des appels vidéo peuvent aussi permettre d’en savoir plus sur le logement et de vérifier certaines informations.

Une fois sur place, il est recommandé d’être le moins nombreux possible dans une pièce et de porter un masque. De plus, seul l’occupant ou l’agent immobilier, si l’occupant n’est pas présent, peuvent ouvrir les placards, toucher les poignées de portes, ou encore les interrupteurs. Il est préconisé en outre d’aérer le logement ou encore de ne pas remettre de papiers au visiteur mais de tout envoyer par mail.

Cependant, plus que les gestes barrières, le plus complexe lors de la reprise des visites est d’estimer le prix du logement…
Pour le vendeur, la difficulté est de le mettre en vente à un prix qui va trouver preneur, sans le brader. L’acheteur, quant à lui, doit proposer un prix acceptable sans surpayer, dans un marché qui a peut-être baissé par rapport à la situation d’avant le confinement.
Les sites d’estimation en ligne qui donnent les prix fixés antérieurement peuvent être une base de discussion mais ne reflètent plus la réalité.
« Pour l’instant, la situation est très incertaine et il va falloir attendre quinze jours ou trois semaines avant que l’on sache où se situe le marché », prévoit Jean-Marc Torrollion, président de la Fnaim. Pour les acheteurs, il est préférable de ne pas se précipiter pour faire une offre.

Il faut aussi garder à l’esprit que dans les prochains mois, les délais seront sans doute plus longs pour acheter un logement.
La plupart des acquéreurs ont, en effet, besoin d’un crédit pour finaliser leur projet. Or, les banques sont actuellement très occupées par le soutien aux entreprises. Les dossiers liés à des nouveaux emprunts immobiliers ne sont donc pas prioritaires.
« Afin d’éviter toute difficulté, mieux vaut prévoir au moins trois mois et demi, contre trois habituellement, entre la signature de la promesse de vente et celle de l’acte définitif », estime Me Le Beller.
Reste, encore, à voir si les mairies qui doivent se prononcer sur le droit de préemption, c’est-à-dire la possibilité qu’elles ont de se substituer à l’acheteur, seront en mesure de reprendre leur travail. « Pour l’instant, la situation est variable selon les villes».

Patience et prudence restent donc de mise pour qui effectue des démarches immobilières.

Nathalie Coulaud « Le monde » Publié le 14 mai 2020